25/07/2006

Intrusions

Chers Amis,

Le croiriez-vous.Mais il semble que - toujours avec les mêmes, qui posent l'unique problème malgré leur âge avancé dans un décor d'apparence tranquille comme la Suisse-  l'intrusion remplaçe assez inadéquatement la communication...

Il semble que, afin d'avoir droit à un minimum d'intimité, il faille fuir.

N'hésitez pas à demander ma nouvelle adresse.

Ca tombe bien , j'avais envie de changement.

15:14 Écrit par Dr E. Piq dans Chien d'intérieur | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

15/07/2006

 

La simple gentillesse proactive est une bien rare qualité. Bien souvent, dans le meilleur des cas, on a droit à de la gentillesse passive ou de la faiblesse camouflée.( comme camouflet, par ailleurs)

Il m'a touchée. Il a su trouver des mots à la hauteur de mes exigences.

C'était fondamentalement gentil;  peut-être intéressé,  mais avant tout gentil.

Bravo. Il n'est pas facile de m'émouvoir.

Il m'a touchée et s'est enfui.

Pfft...

Du coup, pffuit, je m'enfuis aussi...

 

Non, mais . Remarquez cette boite à sardine étriquée qui s'ouvre sur une espèce de désert

01:29 Écrit par Dr E. Piq dans un chien de rêve | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : tag-geule |  Facebook |

12/07/2006

Poésie quand tu nous tiens...

par le cou...

10/07/2006

Marine

 

 

Elle est colère et rut, je l'entends qui claque

sur mes rochers nus, bruit de cloaque

Frappe, tocsin aux portes de mon cerveau

lèche de ses embruns la pierre de ma peau

déchaînée, elle menace, elle vocifère

Je suis perdu, elle me porte, c'est ma mère

 

Et le corps pétrifié comme unique radeau

Le coeur en dérive voué au ras des flots

En vagues de lave je m'en vais caressant

de mes larmes vides les murailles du sang

 

Parfois pourtant, je l'ai connue tranquille

Caressant de lumière des poissons soyeux

Tréfonds immuables à peine nubiles

où ne s'abîment que les cieux

 

 

(Cigacik  Septembre 98)

 

 

 

10:30 Écrit par Dr E. Piq dans Chien d'intérieur | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

09/07/2006

Maman!

14:46 Écrit par Dr E. Piq dans Chien d'intérieur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/07/2006

Ca y est

 

 

Après avoir mis les points sur les i avec succès avec mes confrères de la clinique( une blonde accouche et arrête, l’autre s’est pris le mur de la Fac, ce temple de la Science (et de la désorganisation) qu’elle a voulu organiser à son goût )et aussi avec ceuss du Genac ( où je prépare le terrain pour une prise de pouvoir en septembre pour parer aux dérives despotes de la gestion - forte de cet entraînement à la gestion de conflit, disais-je- je suis passée à plus fort : mon seul vrai problème, ne nous trompons pas de cible. Longuement analysé..

Y a du poulet aux légumes et des pâtes dans toute la pièce, de la vaisselle cassée , faut dire après avoir envoyé promener le poulet, j’ai  carrément renversé la table, qui est sortie de ses gonds et puis j’ai encore balancé deux trois trucs en travers de la pièce en hurlant. Je m’étonne moi-même. Expression de ma colère. Aucune blessure physique n’est à déplorer : en effet, ayant été à bonne école, j’ai appris qu' il ne faut pas laisser de traces; ainsi, personne ne peut se plaindre . Ca n’était pas de la frustration due à l’incompréhension, c’était une sortie fracassante de l’état de victime pour devenir actrice, selon les modalités inculquées…

Si maman glisse sur la sauce aux légumes, c’est parce que c’est une sale époque pour tout le monde, où les enfants jettent la nourriture en travers de la pièce, cela ne sera pas ma faute si elle glisse, même si, préoccupée,elle est distraite et de toute façon si je suis comme je suis, c‘est parce qu’il n’y pas moyen de me changer à mon âge. En fin bref, en résumé, c’est pas ma faute…selon leur propre raisonnement appliqué en miroir.

Ca ne sera donc la faute à personne non plus s’ils ne me verront plus.

 En effet, ça n’est pas très bon pour mon estime de continuer à jouer dans cette mascarade. Quant à tartiner du poulet sur les murs, cela n’est pas dans mes habitudes et me renvoie une image plutôt négative dans le miroir . Fussé-je dans mon bon droit d’exprimer de la colère et de retourner  la violence qui venait de m’être faite, ça fait tache. En question, la goutte excédentaire d’un mode relationnel ayant pour unique but de revaloriser et de déculpabiliser certains protagonistes au détriment des autres, mais toujours les mêmes, et au nom de l’amour bien entendu. Après avoir tenté de me faire comprendre calmement multes fois, je me suis donc un peu énervée afin de sauter avec fracas et brio, et de façon mémorable, hors de cet enfer. Hop-là.

Je me suis a-ppli-quée.

Ca fait tout drôle de reprendre sa dignité après tant d’années.

Il aurait voulu que je reste nettoyer. J’ai estimé qu’il comprendrait peut-être un peu mieux l’humiliation de la réparation unilatérale des dégâts exercés sur autrui à quatre pattes à quatre-vingt ans passés...

Curieusement, j’ai la sale habitude de me défendre contre les abus familiaux et la violence cachée perfide à grand renfort d’aliments.. Jadis j’ai déjà négligemment détourné de sa trajectoire une cuillerée de sucre en poudre laquelle est allée atterir dans la figure de ma sœur qui venait de me lancer une méchanceté "anodine" à table. A l’époque , personne n’a réagi : tout le monde à continué la conversation comme si de rien n’était. Quant à ma mère qui , jalouse, interrompait et espionnait à l’étage mes conversations avec le bel Husky Sibérien aux yeux bleus dont j'étais follement éprise en première candi, elle a fait connaissance sans broncher et en silence avec le contenu liquide de la tasse de café qu’elle buvait  tranquillement lorsque j’ai raccroché. Retournée sur la table, simple et tranquille.

L’alimentaire comme symbolique du lien "bienfaisant "détourné de sa fonction primaire, ça marche très bien . Tout peut être violence. Tout peut être tendresse. Selon l’emballage, le contexte, les modalités .

Je capte cela très bien.

Mais idiotement, on attend autre chose pendant quinze siècles. Puis un jour, on renonce.

Exit.

J’en avais plein le dos.

23:55 Écrit par Dr E. Piq dans Chien d'intérieur | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

30/06/2006

Réflexion apicole

 

Les mâles lui donnent le bourdon.

( je sais, je sais, je sors de réunion...)

00:54 Écrit par Dr E. Piq dans Formules | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

29/06/2006

Dépression atmosphérique

 

Le silence.

L'air suspendu, on entend presque glisser l'espace. Pas un souffle, pas un mouvement, pas un bruissement d'aile. La nature se terre dans l'épaisseur du temps qui passe.

L'instant ressemble à l'époque.On attend l'orage comme l'inéluctable, sans bouger dans l'air tremblant. Effluves printanières: cytise, marroniers, lilas et aubépines exhalent à qui mieux mieux leurs parfums dans une surenchère éperdue avant le carnage. Les trop rares promeneurs se déplacent avec lourdeur comme si le temps s'épaississait. Penser devient un fardeau sous un ciel d'airain, innocent, aux allures faussement désinterressées.

Le crépuscule s'installe. La nuit  fini par tomber; et le sommeil  d'emporter vers l'infini, aux limbes des songes, l'attente d'une guerre qui n'aura finalement pas lieu et qu'il relâchera, à l'aube d'un ciel serein.

 

14:07 Écrit par Dr E. Piq dans Chien de bibliothèque | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/06/2006

Fatigue et déprime

http://vetos.entraide.free.fr/www/index.php?art=149...

http://quiro.uab.es/isaz2006/isaz_02.html

 

09:30 Écrit par Dr E. Piq dans Chien d'intérieur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/06/2006

Une Journée #à carreau #

Journée de formation HACCP beige et bleue. Une brochette de chemises à carreaux. Pas pratique pour les désigner: "Machin? C'est la deuxième chemise à carreau à droite en partant du fond. "J'y prends un malin plaisir. A croire que parcequ'ils partagent le même métier et les même clients, ils partagent aussi la même garde-robe!

Par pur souçi de mimétisme agricole(!)pour cette journée en province, j'ai revêtu une veste kaki avec un imprimé camouflage.

Muflerie, humour de trou de balle et fumier relationnel dans la cabosse, certains individus mauvais baiseurs de campagne trouvent une certaine forme de revalorisation à la dévalorisation féminine( nous étions deux femmes). Les autres n'osent pas s'opposer. Ils sont gentils mais il faut bien dire qu'ils se font discrets, les gentils.... Rappel des sinistres conditions empreintes de phallocratie imbécile dans lesquelles j'ai fait mes études et où ils étaient encore majoritaires et donnaient le ton. Je n'ai  pas relevé l'affront, les gratifiant d'une demi-ptose de paupière droite en position de biais dans un silence assassin respecté par les autres: ils ont laissé tomber.

 

J'ai bien fait car ils n'ont du coup pas pu refuser quand je leur ai demandé de me reconduire à la gare...

C'est ça, la vraie supériorité...

 

Il y avait ces deux-là: les deux d'un coup, pendant 10h d'affilée!http://uneviedechien.skynetblogs.be/?number=1&unit=days&date=20060218#3100987

 

 

ExpoZOO :http://www.opt.be/informations/bruxelles_evenements/FR/B/...

Haccp: http://www.qualityfood.be/fr/pages/fiche/fhaccp.htm

20/06/2006

Plaisir de la cueillette

.

Les tilleuls sont en fleurs. Je n'ai pas pu résister à remplir mon sac pour le plaisir m 'enfoncer la tête entière dans les pollens ennivrants.

Je n'aurais que cela à faire, que je ferais de la glace au tilleul avec un sirop de fleurs de Ligustrum, servi avec quelqus perles au cointeau, comme la coupe de ce célèbre glacier Bruxellois.

 

Mais j'ai autre chose à faire , je ponds un gros oeuf difficile...

Comme disait l'Autre:-" qui est à l'Origine, est-ce la mère de l'oeuf ou le père de la poule?"

Quand les poules attrapent des dents, les oeufs passent plus dfficilement...

23:13 Écrit par Dr E. Piq | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

15/06/2006

Nos amies les bêtes...

http://www.museumdrguislain.be/nl/index.html

/06/2006 - 3/09/2006

Le philosophe néerlandais Matthijs Van Boxsel se penche depuis vingt ans sur la problématique de la bêtise et a rassemblé une stupéfiante collection de théories et ouvrages de penseurs totalement originaux et bêtes à manger du foin et auteurs de théories hautement absurdes.
Le Musée Dr. Guislain la présente dans une exposition pas comme les autres qui explore les frontières de la science, de l’art et de la folie.

 

 Ref : http://www.jose-corti.fr/titresromantiques/eloge-de-la-be...

 

 

 

10:11 Écrit par Dr E. Piq | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

13/06/2006

Laissez venir à nous les politichiens

10/06/2006

Elever le débat( tentative de-)

Elevons le débat, mais pas TROP haut, quand même ( ah,le vertige!). ( quel titre con: toi le chimpanzé, mon frère..ca me rappelle un post précédent intitulé "lettre sur les chimpanzés".)Comme si la proximité génétique faisait le moine...

Vu que de toute façon , vous allez pas vous taper tout Isabelle de Fontenay, Cyrulnik, Lorenz ,Pavlov, Ferry enz...hein, alors, la revue chez les libraires et même dans votre supermarché GB, c'est grand public, c'est tout dire s'il est temps de vous coller les résumés.

 

 

 

 

 

Véritable Oeuvre d'art

00:08 Écrit par Dr E. Piq | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07/06/2006

Boire ou conduire...

 

 

Une rue calme, un quartier bourgeois, un dimanche de Pentecôte.

Cette jeune asiatique avance vers moi sous le soleil timide, une glace à l’eau dans une main et dans l’autre , la laisse à enrouleur à l’extrémité de laquelle une peluche tibétaine la tracte de ses quatre pattes. Toute mignonne, une adolescente sans histoire.

Lulla m’accompagne, attachée. Nous allons , la jeune fille et moi, nous croisersur une bande de trottoir de deux mètres de large.

De façon évidente, sa glace l’encombre, le jus sucré fondu lui colle aux doigts et la retient de changer sa laisse de côté.

 Je me vois donc obligée de lui créer une histoire à base de sucre fondu avant que les chiens ne se chargent d’un autre épisode, plus sanglant .

 Je ne ressemble à rien ou plutôt si : j’ai empoigné ce matin-là une vieille veste en cuir de mon adolescence, griffée par les chats à défaut de l’être par Gucci et mon sac à dos de vacances( pas moyen de retrouver mon sac à main de dame que j’ai planqué quelque part avec soin !)

 J’anticipe la scène : son roquet de traction mal dominé va foncer en aboyant sur Lulla avec sa laisse trop longue. Lulla va se défendre, aboyer,grogner en raplatissant son museau façon boxer dissuasif. La demoiselle va hurler dans les aigus, tirer sur sa laisse mollement pour éviter à sa glace de s’écraser sur le mur , ensuite tout lâcher pour tenter d’ hélitreuiller son petit chéri ; pour enfin s’interrompre, les mains collantes . Et le soi-disant Tibétain , se sentant soutenu dans son offensive, va en rajouter de plus belle. Et revenir à la charge. Pour finir par s’encourir, perçé d'un coup de dent, en criant kaïkaï comme un pleutre qui n’a rien fait, sous le regard offusqué de sa kamikaze de maîtresse. Et moi,adolescente de banlieue, je vais être plantée là, avec mes fringues noires défraîchies, ma veste en cuir et mon pittbull face à une orchidée de trottoir en bouton de rose .

J’encours d’ores et déjà le délit de sale gueule, c’est cousu de fil blanc… Me voilà condamnée d’avance au rôle de « la mauvaise » dans les conversations du café du commerce d'un dimanche de province.

Arrivée à portée de voix, entre deux coups de langue à sa glace,  elle m’adresse un sourire, assorti d’un :-«  Elle est gentille ? » entendu, appelant implicitement une réponse affirmative .

 

J’ai pris l’air râleur, féroce et patibulaire et j'ai aboyé :-« Non. » « Et moi non plus. »

 

 Elle a changé précipitamment son enrouleur de main, enfonçant pour ce faire, sa glace au moins jusqu’à sa glotte ( et donc se tartinant de sucre intégralement) tout en se plaquant contre le mur en me regardant avec un effroi mêlé de dégoût.

Lulla et moi sommes passées ; moi , le sourire aux lèvres et Lulla, incognito, altière comme une reine.

Cent quinze mètres plus loin, elle se retournait encore…

 

L’hirondelle ne fait pas le printemps.

Les poules parfois ont des dents

 

 

 

05/06/2006

En plein vol

 

Je me suis retrouvée quelques jours, dans les garrigues du Sud, au milieu des barges, des gens simples, des artistes et des chevaux. De là et d'ailleurs. Cela m'a fait un bien fou. Il ne faut pas que j'oublie, dans mes combats de justesse et ce quotidien au ras des paquerettes qu'il y a moyen, que mon ailleurs existe.

Au soleil. Dans la nature. A dire le monde aux pierres et à parler aux choses du ciel .En musique.En couleur. En parfums.Vu d'en haut. En plein vol.

Je me suis un peu trop négligée. Entre corrida et haute voltige, je me suis un peu perdue au milieu des crabes.

Quoi que. Mes réglages de compte ne sont pas du superflu. C'est la matrice.Le terrain.

Bernadette Lambrecht:

http://www.helicon-asbl.be/company.html

http://www.helicon-asbl.be/prodcut1_2.html

 

 

 

 

J'ai acheté aux puces ce matin pour des clopinettes des affaires de cette dame, artiste belge:du matos, des cadres faits pour ce que j'ai dans la tête, ses revues où elle découpait pour ses collages, un Tomatis que je n'ai pas encore, le livre de l'expo Open Mind( circuits fermés) aux Beaux Arts à Gand en 89, des contes d'Andersen( les souliers rouges,!le roi des aulnes!) des contes du ying et du yang du chinois Pou, le Marabout des postures yogi ( pour varier un peu), les légendes flamandes de Charles de Coster, une plaquette Gallimard de Lucienne Desnoues( la belle fille de Norge, je l'ignorais), un Alessandra Barico(Novecento, pianiste), le Louis Pauwels "lettre ouverte aux gens heureux", un bouquin sur les collages de Miguel Rasero, une revue sur Ouka Lele http://www.artmag.com/galeries/c_frs/lelieu/lelieu4.html...

le livre" la civilisation de l'écriture" en photocopie 

http://www.druet.com/druet/livres.php

 et enfin, "Objects of bright pride" d'où vient l'image ci-dessus.

Je ne sais pas ce que cette dame est devenue mais je la remerçie.

Tiens je demanderai ptêt à Ali( le vendeur) s'il sait, rapaces que nous sommes...

Bref un apport d'images et d'idées...

 

 

 

16:59 Écrit par Dr E. Piq dans Chien d'intérieur | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

02/06/2006

le pourquoi du comment

 

c'est simplement

 

pour trouver un mari

que je me suis mise

nue devant tout Paris

23:51 Écrit par Dr E. Piq | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

23/05/2006

Flagrant délice

indélicatesse et corruption

 

 

remarquez, que pour ne pas finir bétonnée dans la maçonnerie, je reste xcessivement discrète sur l'identitéde" l'assistante "juridique et deson amant

.

 

00:35 Écrit par Dr E. Piq dans Chienne de garde | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

22/05/2006

Maxscarade

Mon contrat de collaboration avec la clinique est une ode à la profession en dix pages et en alexandrins célébrant la probité et le respect de l’art de guérir, la liberté thérapeutique et l’esprit de bon père de famille(sic). Ce chef d’œuvre, approuvé par les plus hautes instances, est le fruit tant attendu d’une correspondance assidue de mes patrons avec l’institution en question pendant de nombreux mois.

 

Les contrats équivalents de la F P L sont des torchons surréaliste de deux pages portant le même nom que mon splendide document. Toutefois, l’article 1 y stipule qu’il ne s’agit nullement d’un contrat d’emploi. Tout le reste y décrit les modalités d’emploi via un mystérieux ROI( meeeh non, patates royaliste, ROI veut dire Règlement d’Ordre Intérieur), non-joint au contrat en annexe et que les bien malheureux signataires prétendent n’avoir jamais vu.

Les plus hautes instances étaient bien embêtées quand j’ai signalé que ce discret ROI était la porte ouverte à tout et n’importe quoi,  échappant par cela au bon entendement professionnel qui règne dans notre petit royaume (par exemple la subordination,la non-liberté thérapeutique et les conditions horaires).

 

Question à 5 balles :qui couche avec l’assistant juridique de la plus haute instance de ma profession, ou bien  était-il enrhumé ce jour-là?

Le petit parchemin crapaud cornichon chauve s’est même fâché nerveusement à la Louis de Funès créant un bref instant de désordre émotionnel et nous sommes passés à autre chose.Il fait ça souvent. Je l'ai repéré.

 Déjà il avait commencé  la réunion en la présentant  comme une négociation, stigmatisant quiconque qui eût pu penser que cela ne s'agisse pas une discussion réelle : ou-ver-tu-re , di-a-lo-gue, trans-pa-ren-ce…

Lors de la visite de contrôle de la clinique par l’instance en question, très impressionné par l’architecture aérodynamique et novatrice du bâtiment, il avait sur cette base , sur le ton de la confidence entre amis, lâché un avis favorable à mes requêtes, que l’on m’avait transmis aussi sec. « Je n’aurais pas de blême ». Ben voyons, il ne manquerait plus que ça !Comme s'il s'agissait uniquement de moi...

 Il a ensuite juré sur la tête de ses 8 petits enfants( me vlà battue à plate couture, Mr le Président !) que l’affirmation de la brave jeune interne qui le discréditait vaguement était un odieux mensonge. Je ne lui vois aucune raison de mentir à c’te fille. Il peut donc trancher la gorge à sa descendance, voilà qui nous remet à égalité, et puis, vraiment, j’envie sa femme.

 

 

 

 

 

 Bref, ce Vt là est champion pour noyer le poisson et sa  noble structure lui sert de bocal où il distribue au gré de ses impressions, des bons et des mauvais points pour surtout maintenir la superbe de celle-ci , archaïque héritière de la Belgique de papa , dont le pouvoir, déjà vidé de sa force est condamnée à une mort certaine par les coups de boutoir d’une Europe ultra- libérale qui donne le ton . Mais lui, capitaine, il y croit et il quittera le navire préféré de son aura, le dernier. Con se le dise.

Génuflexions, pas de deux, salamalecums

Si quand il avance, je recule, il devrait y avoir moyen qu’il ne m’encule…

Et un, plié deux, trois , piqué pas-de-bourrée

On verra, à la prochaine saison, à quoi ressemble le saucisson.

 

( hélas pas avant 1an le nouveau saucisson, c'est clair qu'entretemps on va crever la dale)

23:52 Écrit par Dr E. Piq dans Chienne de garde | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/05/2006

J'aboie

Donc je suis?

Et la caravane passe?

Parfois les pompiers arrivent, aux abois.

Il peut tout celui qui veut le bien. ( Andersen)

Il peut tout celui qui le veut bien.( populaire)

Il se doit d'essayer. Te faut.Sans obligation ni garantie de résultat.Comme en médecine, en fait.On a une petite marge d'action sur le déterminisme.

Vu  hier soir,les "Brigades du tigre", bon scénario.

Mourrons pour des idées mais de mort lente.

Pendant ce temps, au centre de l'univers, mémé panique car son rat respire mal.

J'vous jure...

11:16 Écrit par Dr E. Piq | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

12/05/2006

Pairial, vite on enchaîne...

Pourquoi j'aime la rhubarbe?

00:25 Écrit par Dr E. Piq | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/05/2006

J'ai le dossier qui coince

Années cinquante 

 Un rapport de douze pages a mis deux mois de la périphérie à Bruxelles Centre, c’est dire s’il est chargé. C’est le rapport d’avocat sur la concurrence déloyale de la Fondation Prince Laurent. On avait oublié de me signaler son existence. Le confrère précédemment en charge du dossier a oublié de me contacter et ensuite n’a pas eu le temps de me le porter comme il me l’avait promis. Je tiens à signaler qu’il n’avait nullement promis de date : c’était une promesse "ouverte" : 2008-2010 peut-être… who knows. Je suis donc aller le chercher puis qu’il était à ma disposition. Je m’attendais à une caisse de correspondance : douze minables pages qui ont coûté fort cher et pèsent lourd d’autant lourd que le contenu en allège d’autant mon portefeuille quotidiennement. J’ai pêté les plombs: la poste et le fax, c'est pas pour les chiens!

Brontozaures :

Un trio de brontozaures sévit dans le Hainaut. « DNA » du nom de leurs initiales. Ils savent tout mieux que tout le monde et ont tout essayé contre la FPL. Ils ne savent pas que c’est ce que me disent les gens qui viennent me trouver avec leur animal. Ils ont tout essayé par le haut, à la force et les zaccointances qui les impressionnent beaucoup , eux, mais ils ne sont pas arrivé à trouver les bonnes. Ils flirtent avec le coup de poing dans la gueule de Sa Majesté le père et redirigent leur colère et leur frustration contre quiconque passe par là. Ce matin, c’était moi qui en ai pris dans la tronche pour mon prédécesseur.

« Je suis quelqu’un parce que à coté, toi,tu n’es rien » (le dénigrement d’autrui comme mode de survie)est un leitmotiv  à répétition dans le mode relationnel de ce métier. Je sais d’où ça vient, je n’ai jamais pu m’y faire. Et je ne souhaite pas m’y faire.

J’ai du mettre le holà à mon interlocuteur pour pas passer pour une conne. C’est que je ne suis pas conne et je le sais/ par contre je ne vois pas l’intérêt d’en convaincre tous les débiles de la planète.

Le Moyen-age nous menace

Depuis le premier janvier 2006, les critères d’acceptation du public par les dispensaires  de la FP.Laurent ont été réévalués à la hausse par la Fondation sans aucune concertation avec aucun des différents acteurs de la profession, Bel exemple de démocratie éclairée.

Les critères financiers d’acceptation des dispensaire décrétés le sont arbitrairement sans aucune référence à aucun document officiel n’émanant  ni d’un rapport sur la pauvreté ni d’un CPAS.

En conclusion si demain, la Fondation décide que le « seuil de pauvreté » est de 2000 euros  par mois, elle le fait. En attendant , ce sont les cabinets proches des dispensaires qui ont leurs chiffres d’affaires amputés au gré des seules décisions du CA de la Fondation.

Comment tolérer  pareille ingérence  royale au moment où la crise bat son plein et surtout là où elle bat son plein.

Il semble que la qualité des soins prodigués par les dispensaires y soit loin de suivre la même courbe ascendante que le nombre de clients que l’on souhaite y voir défiler et que la qualité de ceux-ci

Les vétérinaires y subissent des pressions verbales visant à réduire les frais engagés sur les animaux les menaçant de licenciement que prises de sang, radiographies, appel à des spécialistes, aliénant de ce fait leur liberté thérapeutique.

Les vétérinaires des dispensaires sont sous-payés et ne jouissent du chef de leur employeur d’aucun droits sociaux. (Faux indépendants, 20 ( +5, 25maintenant, merçi moi) euros brut de l’heure statut indépendant, une semaine de congé non-payée par an, horaires fixes par l’employeur et mi-temps)

 La profession estime que la précarité d’emploi dans laquelle la FPL place ses propres vétérinaires est incompatible avec la réalisation d’un service humain  et vétérinaire de qualité et donc nuisible à l’image de toute la profession ;

Vous rajouterez à cela  chers lecteurs que la FPL bénéficie un bail emphytéotique gratuit de la ville , est exonérée des droits de successions des mémés qui seraient tentés de leur léguer leurs biens( alors que la fondation contre le cancer, non), plus tout ce que je ne sais pas…Bref…

 Clinique :

 « Male molesse » dans le chef de la direction

Réaction

Chère Graziella,

 J’ai besoin de tes lumières pour un de mes dossiers professionnels qui coince et où on me les fait toutes : on croirait assister  à une crise d’adolescents attardés.

 Graziella, la franc-maçonnerie, comment ça marche ?  je ne parle pas «  sur papier » je parle en pratique. Y a-t-il des petits maçons ? Pour être franc,je pense que mon prédécesseur était , quoiqu’il fut un grand véto, un petit maçon . Et que mon président  qui en est aussi d’ailleurs il me l’a dit, de même. Mais je les sens petits et obéissants. Ils maçonnent le bas du mur. Et Graziella le principe de ce mur dérange beaucoup de monde.

Graziella,  à qui obéissent-ils , pourquoi obéissent-ils ?C’est quoi cette messe ? ( La liberté, la fraternité et papatati et papatata)

 Graziella, tes gros maçons du haut du mur pourraient ils descendre d’une brique et se pencher sur mon infinitésimal mais ô combien noble crottin animal ?Moi qu’ils sont trouvé si distrayante et spirituelle lors de tes soirées auxquelles je ne vais plus car je m’emmerde.

 A partir du moment où je dois leur expliquer à des mecs de la cinquantaine que, à priori le but premier de la FM, n’est pas de court-circuiter la démocratie et qu’ils s’emmêlent les pédales entre des intérêts conflictuels qu’ils prétendent défendre et qu’ils se mettent alors à broubeler en piquant du nez en directions de leurs chaussures, je propose que l’on remplace les ateliers maçonnique par des ateliers bricolage pour enfants de 8 ans ; le tablier, ils pourraient le garder, le compas et l’équerre aussi.

Avec le temps, j’ai tendance à trouver que les bacs à sable perdent de leur puissance érotique.

 Seule, je me raccroche à mon seau, ma pelle et mon râteau avec délice.

Et j’allume, vite vite une chandelle à Sainte Rita( ou si vous avez des affinités avec bouddha , ca fera bien l’affaire aussi) pour la démocratie.

 Euh… amen, Saint Bol priez pour nous . Faut toujours terminer ses interactions par une formule rituelle, c’est anxiolytique, paraît-il

00:42 Écrit par Dr E. Piq dans Chienne de garde | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/05/2006

Diagnostic clinique

La saison de ponte a commencé. Ca y va rondement. Les plans se déroulent comme convenu. La jolie blonde mal dans ses pompes ( avec la  façon dont la traite son Jules en marge des " mon petit chat"qu'ils s'assènent, et inversément, on le serait à moins): mes chers confrères gérants ne l'ont PAS virée, le contaire m'eût étonné, on va pas leur en greffer tout de même, ni les leur gonfler, non plus, hein!

La surprise prévue est venue de là où l'on s'y attendait, quoique pas vraiment. Accident: la remplaçante, par ailleurs fort sympathique, de Miss je-sais-tout-envoyée-en apprendre-encore-plus-à la-fac-par-mes-bons-soins est enceinte. Elle le garde et chuuut, ne le dites à personne. La chose reste donc hautement secrète durant 24 heures: quand on fait, entre autres, de la radiologie , çe genre desecret ne sait pas rester de polichinelle bien longtemps. La sécrétaire me dit : "m'enfin, la bouteille de champagne, c'était  pour l'autre , hein"

 J'avais en effet parié avec elle, qui suit de très près l'affaire- car elle n'a jamais rien vu de pareil en 30 ans de maison - que , avec un salaire de 1000 euros, statut indépendant tva taxes comprises, le voyage de 3 semaines en Inde incluant le 14 février avec " mon petit chat" allait déboucher sur un polichinelle dans le tiroir nommé Valentin(e). J'avais calculé le temps qui nous restait à tirer, enquêté sur la présence de signes avant-coureurs: Niente, Nada: je commençais à croire moi-même que je m'étais  plantée, mauvaise que je suis. Je répondis qu'elle ne perdait rien poule attendre et que c'était la course à la ponte qui venait de commencer.

Mais voici que devant les égards accordés à sa collègue concernant son état naissant, ma blonde amie lâche devant l'appareil radio: de toute façon, moi, je suis enceinte et depuis bien plus longtemps que toi et je continuerai à faire des radios jusqu'à trois mois. Preuve de neuronale  blondeur supplémentaire, le malheureux polichinelle n'a qu'à espérer que les mutations auxquelles son génome aura été soumis pendant les 3 premiers mois de sa vie foetale corrigent son patrimoine génétique déplorable.

Après la guerre des mecs( mes fesses valent plus sur le marché que les tiennes, le salaire de mon mec est plus gros que le tien) et la guerre des neurones ( moi aussi, chui capable), la guerre des ventres: et d'ailleurs mon ventre est plus gros que le tien.

Argument masse par définition.

Du coup les alliances ont changé, la blonde ayant clamé que vraisemblablement après son accouchement elle ne viendrait plus travailler  ( pour 1000 euros en horaire coupés, non? La gloire de la maternité vaut donc la gloire professionnelle plus 1000 euros mensuels) . La remplacante de petitchef n'ayant  rien clamé du tout parce que c'est pas son style; notre petitchef, qui vient d'entrer en thérapie de couple avec son ingénieur lourdeau-pas-comique( opinion du personnel clinique au grand complet )  sur lequel elle rêve de mettre le grapin( elle est vénale, la thérapie s'impose)  se réconcilie avec son ex-copine qu'elle a mégaentubé pour les achats de part sur la clinique. Et ils vont tous trois, le croiriez-vous; le lourdeau, sa copine petit chef ambitieuse et vénale, et la blonde enceinte irradiée, clapoter en choeur à la piscine locale le samedi après-midi.(1)

L'autre interne,  qui vient de perdre trente kilos, à titre de revanche, comme un défi à la connerie atmosphérique de son lieu de travail où la norme règne en maître,vient aussi  de perdre sa grand-mère, à laquelle elle tenait beaucoup et donc bat de l'aile moralement: comme elle est supersympa, la clinique lui a dépéché sur les lieux une gerbe et un délégué officiel. La blonde a déploré publiquement qu'on ne l'ait pas fait pour SON grand-père.

 

Amour gloire et beauté. Diagnostic clinique: la blondeur est un handicap réel. Et Champagne pour tout le monde.

Et relecture de Michel Onfray: l'érotique solaire.(2)

 

 

 

 

 

 

18:42 Écrit par Dr E. Piq dans Animal Saga City | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

28/04/2006

Quelles soirées...

Samedi : acte de présenceau stand véto au salon Animalia http://www.animaliaexpo.be/accueil.asp frites cervelas papier gras, garantis AVEC des poils et la famille Groseille à l'apéro et comme dessert. On en profite pour faire décoincer à l'oeil le dos de Lulla par sa vetostéopatte préférée.

Direction un Monde très Sauvage http://www.mondesauvage.be/ pour une conférence donnée, à l'oeil  sur le rat deuxième épisode: organisation chiatique, froid de canard; acoustique déplorable, autant pisser dans un violoncelle, au moins on n'attrappe pas la crève...

CA  association professionnelle Nivelles retour 00h30

Comité de rédaction Marche-en Famennes retour 2am . Lecture du rapport annuel de l'Ordre dans le train, bercée par la directive schrtoumpf et l'arrêté royal machin. Le rapport annuel de l'Ordre est à la médecine VT ce que la bulle du pape est au catholicisme,  incontournablement soporifique.

Royal Canin Chateau la Roque Arquennes retour 00h30 croquettes au saumon en zacouskis.

 

Je frise l'overdose d'esprits carrés.

Heureusement que la campagne est verte et  les buissons en fleurs, et que les vaches ressemblent à des pots à laits déposés ça et là sur une pelouse Marklin.

 

09:35 Écrit par Dr E. Piq | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

25/04/2006

La bonne affaire, eh va donc eh ,patate

Monstre surdimensionné tous points de vue cherche équivalent heterosexuel pour partager monstrueux bons moments à l'infini.

PhD affectif, MBA en intendance , humour patenté iso9002, JO à Montréal en 1976 ,physique de rêve quoique temporairement surdimensionné, amour immodéré pour les mots, et les animaux de tous poils, cuisine bioénergétique patentée HACCP, fit plusieurs fois le tour de la terre, résidence secondaire sur la lune. Cherche et offre voyages sans contresens à éternelle correspondance. Pas sérieux s'abstenir.
Complexe de la patate s'abstenir également? Découvert hier sous les fagots, ce complexe  est comme son nom ne l'indique pas une phobie de l'affectivité; le verbal affectueux est systematiquement tourné en dérision qu'il s'adresse à l'individu ou concerne d'autres personnes ou automatiquement pris dans sa connotation péjorative. ex canard en sucre ou canard serait une accusation de connerie et en sucre une accusation de faiblesse.Et donc point de petit canards en sucre , encore moins de loulou( démonstration de domination), chéri (il n'est pas d'objet relationnel)
 Bref
 Pour m'épouser pousser sur 1
 Pour m'embrazer pousser sur 2
 Pour m'effacer, poussez bobonne dans les orties...

.
 Le chien est le meilleur ami de... la femme
 La chatte est le meilleur ami de l'homme. Les hommes étant ce qu'ils sontet  les femmes également, et inversement, mieux vaut chercher l'oiseau rare.

 


Ce qui donne lieu à de chassé-croisés où se perdent quelques griffes, des dents, des poils et quelques plumes de Cupidon...

 

 CQFD

23:34 Écrit par Dr E. Piq | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/04/2006

Les bienfaits ex-presse du Hata-Yoga

 

La pince, la tortue, la charrue, la chandelle, l'arbre,le paon, les triangles, le cobra, le poisson , le chameau. Cinq ans de yoga  deux fois par semaine dans mon enfance et là depuis quelques jours je m'y recolle sérieusement. C'est super sauf que préparation, respirations, postures et étirements prennent minimum une heure et demie et déjà si je stresse c'est que je suis en retard pour tout.....

"More haste less speed" J'ai un bouquin du genre Yoga Marabout car certaines postures tordues me laissent parfois un souvenir incomplet, j'aurais tendance à essorer mon corps à contresens des fois.

 J'étais occupée à lire les bienfaits de l'Asana  Matsyendra présentement représenté dans les pages terrestre de ce manuel  quand soudain dans le haut de mon cou j'ai senti  un petit claquement de rien du tout , toutoutoutout petit mais immmmmensément bénéfique.Clonk, vla le décoincage le nez dans un bouquin alors que je m'évertue à l'obtenir depuis des  lunes.

Lumière, libération du corps, conscience cosmique et Vishnu, j'ai tout compris d'un seul cou.

 

22:39 Écrit par Dr E. Piq | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

il n'y a pas de petites économies

22:12 Écrit par Dr E. Piq dans Formules | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

19/04/2006

Administration...

....de la TVA, Namur des lamentations, développement du rable:

 

Madame, Monsieur,

 

 Contrairement à ce que vous suggerez, je ne cesse pas mes activités. Hélas.

Mais depuis le 15 août dernier, date de mon dernier cambriolage, je me traîne. En effet, quoique en dise La Science qui n’arrive pas à mettre d’étiquette nominative( nominette ?) et définitive sur les douleurs dorsales dont je souffre depuis les mois qui ont suivi cet évènement, quoiqu’en dise la science disais-je donc, je souffre, et , ne dormant souvent pas ou à grand renfort de paracétamol( une crasse pour la santé ), mon corps médical ressemble à un nuage croisé avec un courant d’air pendant la journée.

Ostéopathe, acupuncteur, kiné, rien’ y fait je me trouve depuis dans un état proche de l’Ohio dont seul me soulage un vénérable vieillard chiropractor, un saint homme dont je n’hésiterai pas à vous donner l’adresse s’il vit encore si d’aventure vous en avez besoin  car je suis ainsi destinéeparaît-il à aider mon prochain, quel qu’il soit. Prévoyez toutefois quelques deniers pour rémunérer le noble guérisseur de son efficacité. Et un peu de salive pour défendre votre droit au bien-être minimum ( l’absence de douleur) auprès des fervents apôtres du cartésianisme scientifique très dévoués à la cause du paracétamol.

 A chacune des visites chez le Saint Homme, je récupère mon corps, mon cerveau, mes idées. Alors qu’auparavant , je n’existe qu’en pièces détachées . Et donc oui , je suis en retard pour ma déclaration TVA car j’arrive à grand peine à donner le change à mes clients. Je payerai s’il le faut des amendes car ah oui je mérite d’être punie de ne pas être  parfaitement productive pour la société et de cet état de faiblesse que de surcroît La Science ne cautionne pas ( P.S. :je ne m’évertue pas à ce qu’elle le reconnaisse cela ne m’apporterait aucun avantage et de nombreux frais supplémentaires vu le statut dont je dispose, qui semble voir d'un mauvais oeil le degré de liberté d'action et de pensée qui l'accompagne et que la société donc semble peu favoriser) Car il est bien vrai que je suis sur terre avant tout pour  produire: des services, des biens, des enfants, éventuellement des couleurs, des sons, des idées et des blagues )sur lesquels la collectivité entend bien avoir droit de regard.

 Hors, là, depuis peu, je coûte : je dévie donc du droit chemin. Veuillez remarquer que je pense que mon corps , non content d’avoir souffert 6 années d’études  dans des conditions pénibles( ah Cureghem!), se crispe vraisemeblkabalement  à force des relations abominables auxquelles l’oblige mon beau métier et la disponibilité de 200% que pensent avoir  le droit d’exiger mes clients. Cette sirtuation  pèse sans aucun doute sur ma colonne vertébrale et mon chiffre d’affaire réalisé dans le cadre d'une gymnastique administrative de nature à courbaturer les circonvolutions cérébrales de n’importe qui au-delà de 35 ans ne m'assurant, tout frais déduit q' un revenu d’ordre minimexal alors que, dans le contexte conjoncturel actuel, l’avenir s’annonce radieux-où-que-ce-soit sur le globe terrestre, dans un contexte de relations homme-femme sans nuage, de grande paix sociale et religieuse et d’harmonie humaniste universelle . Toutes les conditions se trouvent  donc réunies pour que mon organisme , rempli d’une joie profonde à ces excellentes prémices, guérisse à la vitesse de l’éclair dans un avenir très proche

Bref, ma condition se rapproche dangereusement de celle du fonctionnaire , la sécurité d’emploi et financière excepté : monotonie, soumission à la rigueur et à La Procédure Administrative, impossibilité de se soustraire aux contraires ni de réorienter ses positions.

J’implore dès lors votre immense mansuétude.

 

http://vetos.entraide.free.fr/www/Vétos-Entraide a comme buts la prévention des souffrances subies par le vétérinaire en tant que professionnel de la santé

 

 (Quand je pense qu'une partie de ma profession joue au tennis  à mi-temps en surveillant la Bourse et son parc immobilier avec inquiétude...)

23:07 Écrit par Dr E. Piq | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

16/04/2006

Les clés du paradis?

Ce Pierre est un personnage triste comme un caillou

 

00:51 Écrit par Dr E. Piq dans Formules | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |